A venir : le
26 Avr 2018 - 10:00 | Stage Yoga en bords de Loire
26 Mai 2018 - 14:30 | Atelier de yoga et ayurvéda
26 Mai 2018 - 15:00 | ATELIERS YOGA ET MANDALA
25 Août 2018 - 17:00 | Stage Yoga et Tao été 2018
Abonnez-vous a notre fil d actualité RSS

J'ai essayé le Bikram yoga

      


Depuis le temps que j'entendais parler de ce yoga, un dimanche matin je me suis lancée !
Rien ne remplace l'expérience directe.
Me voici dans un centre dédié au Bikram yoga, "Hot yoga", dans la belle ville de Bordeaux.
Le responsable, très sympathique, m'informe que l'objectif de la première fois est de rester dans la salle (cours d'une heure trente). Cette information n'est pas pour me rassurer...


Je l'informe que je suis enseignante de yoga, avec un entraînement au hata yoga assez soutenu et que je pratique le Raja yoga (pas de réaction).
N'ayant pas de tenue Bickram (cf photo ci-dessus), j'ai revêtu un short et un tee-shirt de randonnée en lycra.
La salle est vaste, chauffée à 40° (dehors il fait 2°) et à ma grande surprise nous sommes placés face à un miroir, comme dans une salle de fitness.
Un peu en avance, je m'asseoies tranquillement pour attendre le professeur, dans le silence (obligatoire) de la salle.
J'ai la sensation d'être en Inde, avec cette chaleur saisissante ! Ce n'est pas désagréable, jaime la chaleur.
Une quinzaine de pratiquants, de tout âge (un monsieur est aussi maigre qu'il paraît agé)  sont installés sur leur tapis et se lèvent à l'entrée du professeur.
C'est partie pour l'expérience.
Le professeur informe les pratiquants de ma présence, en tant que nouvelle pratiquante, et m'indique que je dois me regarder dans la glace "c'est un rendez-vous avec toi même" ; si je suis perdue dans les postures, je prends exemple sur les autres.
Je m'empêche de comparer avec le yoga que j'enseigne, pour vivre l'expérience à fond.
Je sens que me regarder dans la glace sera quasi mission impossible, trop habituée à être au-dedans de moi-même.
Nous commençons par une sorte de pranâyâma assez "décoiffant", très soutenu et intense, que je ne connais pas.
Puis les asânâs s'enchainent, par série de trois vinyasa (enchaînements) : le rythme est rapide, les postures sont physiques, pas question de pause entre chaque vinyasa. Il n'est aucunement question du souffle, tout s'enchaîne, sans suivre le rythme respiratoire. Le plus important : suivre !
Au bout d'un moment, je régule mes gestes sur le souffle, comme dans ma pratique : question presque de "survie" ! Mon rythme cardiaque risque de m'échapper et la fatigue d'arriver.
Au niveau des postures, pour les connaisseurs : tadasana, uttanasana, Virabhadrasana, trikonasana, parvasana, utstrasana, dandasana, dharanasa, paschimotasana...mais différents de la façon que je connais.
Le professeur donne les consignes d'une façon extrêment précise et claire, je sens une très grande pratique derrière, une véritable expérience. Jamais il n'arrête le flot de ses consignes, encourageant régulièrement les pratiquants qui ont du mal à suivre.
Il nous pousse à nous dépasser.
Il répète régulièrement "regardez-vous" (à mon intention ?); très vite je m'aperçois que lorsque je me regarde, je perds le fil du souffle et de mon rythme cardiaque. Je reste dans mon intérieur, tant pis.
La transpiration est intense, à peine le temps de saisir quelques gorgées de ma bouteille d'eau. Mon short et mon tee-shirt sont comme au sortie de la machine à laver...
Dans le miroir, de temps à autres, déformation de professeur, j'observe les autres pratiquants : une jeune femme devant moi a l'air d'être très habituée, elle connaît les enchaînements par coeur et est très à l'aise, ses asânas sont superbes. D'autres pratiquants s'arrêtent parfois pour se reposer.
Tous ont l'air extrêment concentrés sur leur image, tant que leurs visages en sont tendus. Heureusement, le professeur veille à plaisanter, à détendre l'atmosphère...
Je me surprends à regarder la pendule dans le miroir...C'est long une heure trente à 40°, sans pause !
Voilà le moment de s'allonger; je me réjouis déjà mais suis vite reprise par la réalité : pas question de repos ! Les vinyasa reprennent de plus belle, allongé, assis, allongé, assis...à un rythme très soutenu. 
Ma serviette est trempée, encore 10mn, faut tenir, encore 5 mn....
Nous finissons par un surprenant Bastrika bouche ouverte qui a le mérite de me faire remonter mulâ (plancher pelvien) comme un ascenseur...
Voici la fin du cours. 
Le professeur nous invite à rester allongés le temps que nous voulons.
J'essaie mais je suis incapable de tenir : de l'air frais par pitié !
Le bonheur d'une douche fraîche...
Dans les vestiaires je pose quelques questions aux pratiquantes : beaucoup viennent plusieurs fois par semaine et me disent être devenues accroc !
Allons bon, une pratique de yoga qui rend addicte ! 
Je suis la première sortie de la salle et la dernière du vestiaire : un peu "à l'ouest"  à vrai dire, j'ai besoin de lenteur.
Le professeur me dit que j'ai bien suivi; je lui fais part de mon ressenti : j'ai vécu une expérience étonnante et très différente du yoga que je connais. Il me dit qu'une séance ne suffit pas pour se rendre compte des bienfaits du Bickram, ce à quoi j'optempère : en tant que professionnelle, je sais combien une première séance est loin de suffire. Il m'encourage à revenir quand je reviendrais à Bordeaux.
Je sors, après plus de deux heures passés dans le centre, un peu groggy. Séance repos canapé après.
L'après midi, en promenade touristique sur les bords de la Garonne, j'ai la même sensation que lorque j'ai marché 25 ou 30 km avec mon gros sac à dos : je me sens légère et vidée...
Je ne donnerai aucune opinion sur ce yoga. 
A chacun de vivre son expérience.
Il est problable que je renouvellerai l'expérience, pour "voir".
Et je suis tranquille : aucun risque de devenir addicte, il n'y a pas de salle de Bikram dans ma ville !




Début du cours avec un prânâyama spécial

Le Bikram yoga : inventé dans les années 70 par Bikram Choudury, un indien de Calcutta.


 


Commentaires

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous êtes bien humain...